lundi 31 août 2015

Rumex et sulfate de fer


Je vois ce matin que j'avais complètement oublié beaucoup de graines de rumex dans un grand bocal au salon, derrière les bois flottés. Il a fallu remettre ça avec les teintures.
J'ai fait des ligatures avec des élastiques sur 4 morceaux de tissus...Les élastiques n'ont pas résisté à une demi-heure de bouillon, ils ont tous craqué (donc tissus jaune uni) sauf sur un des tissus que j'avais plié en accordéon dans les deux sens (tissu jaune et blanc)

J'ai donc replié dans le même esprit accordéon les trois autres tissus, paquets ficelés avec de la ficelle à rôti, et, en avant pour un autre bouillon d'une demi-heure au sulfate de fer...Celui-là, il aura servi!

Et voilà, je suis contente de cette alliance jaune et gris


 
 
 
 

dimanche 30 août 2015

Petit ourson


Hier, après avoir fait mes empreintes au sulfate de fer, il m'est resté quelques feuilles fraiches. Et hop un petit travail sur la Gelli plate et...un ourson est né. Miclep pourra y reconnaître le fond utilisé pour l'occasion.



 
 
 

samedi 29 août 2015

Empreintes de feuilles au sulfate de fer #2


Je pense que c'est la dernière fois pour cette année. Voilà le chaudron avant d'aller sur le feu.



Cette fois-ci j'ai apporté quelques changements:

- Les tissus ont trempé dans la dilution pour mordançage seulement une nuit
- Ce matin ils ont trempé dans une eau agrémentée de sulfate de fer pendant 1 heure seulement
- Puis les boudins sont passés à la cuisson, une heure seulement.

Avec ces temps raccourcis, je n'ai pas noté de différence au résultat.

Sur cette première photo on peut voir la différence d'impression (à gauche puis à droite) d'une feuille entre les deux tissus.




Cette fois j'ai utilisé des tissus colorés au Procion lors d'un autre atelier. Les couleurs étaient claires, certes, mais belles. Là, le sulfate de fer leur a donné un sacré 'coup de vieux'.











jeudi 27 août 2015

Pour faire un stencil Positif / Négatif

Pour faire un exercice particulier avec la Gelli Plate, il me fallait un stencil positif hyper fin, que je n'ai pas...
Aujourd'hui je me suis décidée à en fabriquer un très facilement à partir de deux formes 'art nouveau' décalquées, modifiées et découpées dans un livre.
Avec ces deux éléments, j'ai recomposé un autre dessin, au crayon à papier, sur un intercalaire plastique alphabétique. Ces intercalaires sont vraiment très fins car il y en a 26, of course! Dans ce matériau le cutter X-acto s'enfonce comme dans du beurre, tellement facilement qu'il a été difficile de maitriser jusqu'au bout les découpes, un trait trop long pouvant ruiner au dernier moment tous les efforts d'attention.
Efforts récompensés, je suis prête pour l'exercice demain.







mardi 25 août 2015

Mandala sur barbouillage #1

Ces dernières 48h, je n'ai pas grand chose sous la main, j'ai donc fait, avec deux feutres noirs différents et le pinceau à réserve d'encre de Chine, ce mandala sans autre prétention que d'assouvir mon besoin de dessiner.






dimanche 23 août 2015

Empreintes de feuilles avec sulfate de fer #1 (suite)


Les tissus sont longuement rincés à l'eau claire. Beaucoup de sulfate de fer en excès sur le fond du tissu s'en va, éclaircissant le tout , sans modifier les empreintes.

Les leçons que j'en tire:

Il faudra que je laisse moins tremper mes tissus avant l'opération, ou bien mettre moins de sulfate de fer dans l'eau de trempage; cela devrait me donner des empreintes moins noires, notamment avec les feuilles de sumac qui se révèlent contenir beaucoup de tannin.

Un des tissus a été enroulé autour d'un bois flotté légèrement tordu sur une des extrémités, et ça  donne des empreintes floues.

J'ai utilisé des bois à section ronde, carrée ou plate sans que cela fasse de différence.















samedi 22 août 2015

Empreintes de feuilles au sulfate de fer # 1


L'exercice est issu de ce site "And then we set it on fire". C'est ici:

Voilà, les boudins, dûment ficelés, sont prêts pour un bain bouillonnant de 2 heures avec du sulfate de cuivre comme 'aromate'

Les tissus ont d'abord trempé 48h dans un bain avec de l'alun de potassium et du carbonate de soude.

Ensuite, les tissus et les bois flottés qui serviront de support, baignaient séparément depuis 5 jours (!) dans de l'eau avec le fameux sulfate de cuivre. Tout ce temps car il me fallait trouver entre Barneville et Cherbourg un couvercle dédié au chaudron de sorcière, car je ne voulais pas enfumer toute la cuisine avec ces vapeurs bizarres.






Après avoir rangé tout l'alimentaire dans le réfrigérateur et les placards, et recouvert le reste, les boudins en question ont cuit 2 heures.
Ici, sur la photo, le chaudron sort du feu et l'objectif a eu son compte de vapeur chaude! Donc photo grise, mais boudins...noirs! Mes tissus auraient-ils trempé trop longtemps...




Ouverture des boudins, étalage et, exit les feuilles!
Les feuilles, prises en sandwich, les tissus vont deux par deux et il y a toujours un côté plus noir que l'autre.




Je suis assez contente du résultat. Les meilleures empreintes sont celles des feuilles de sumac de Virginie, de géranium, et un peu de celles d'hortensia. Les feuilles de dahlia n'ont fait aucune empreinte (elles ne doivent pas contenir de tannin).











Rendez-vous ce soir ou demain pour le résultat final après rinçage et séchage.
Je ne suis pas trop inquiète vu l'état de mes ongles (noirs...je crois que je vais mettre DEUX gants pour ma partie de golf dans deux heures...) malgré les gants en latex consciencieusement portés pendant toutes les étapes de l'opération.







mercredi 19 août 2015

Avec des plumes


Quand on se promène sur la plage et qu'il ne fait pas assez beau pour se baigner, on flâne les yeux baissés pour glaner ce qui est échoué dans les algues et qui pourrait bien nous inspirer pour de nouveaux délires avec de la peinture. Et c'est ici que les grandes plumes entrent en jeu:




Lors d'un challenge sur les différentes façons de tracer des lettres, j'avais essayé ces plumes ramassées sur la plage et je fus étonnée de voir comment elles pouvaient stocker l'encre de Chine sans faire de pâtés; et j'ai pu écrire et dessiner de façon plutôt intéressante.

Donc, je me suis dit que ce sera sympa d'embellir ces plumes qui ont une utilité. Les étapes sont les suivantes:

- Tailler la plume en biseau pour l'écriture
- Peindre la plume avec du gesso en utilisant un pinceau plat
- Quand c'est sec, teinter avec une ou deux peintures en spray (ici bleu foncé et violet)
- Un petit coup de colle en spray et de la poudre à embosser pour donner de la richesse et de la brillance
- Habiller la prise de la plume avec des perles fantaisie à très gros trou!




jeudi 13 août 2015

Pochette pour ciseaux de couturière


Après avoir découpé 267 carrés de soie teintés avec des plantes, il me restait évidemment de nombreux morceaux de 13cm de long, dans des largeurs variées. J'ai utilisé pour la doublure un tissu teinté en bleu avec la teinture des Hongrois (Colombus);
Les morceaux sont assemblés au point zig-zag directement avec le molleton compact et la doublure. Puis un matelassage machine, en vague pour équilibrer l'ensemble car il y a de grands et de petits morceaux. La fermeture à glissière est posée à plat, non retournée, et ces coutures sont cachées avec une dentelle vintage teinte également.
Si vous suivez mon blog, vous reconnaitrez le pendant sur la fermeture. C'est un lien plastique gardant la forme (qui ferme les sacs de pain qu'on fait trancher) recouvert de tissu et de points de nœuds.







dimanche 9 août 2015

Teintures d'écheveaux en série


Partie comme j'étais, j'ai utilisé aujourd'hui une infime partie (le bout d'une cuiller à café) de 17 sachets des teintures que j'ai sous la main et que nous connaissons sous le nom de 'la teinture des Hongrois'.
A part cela, j'ai aussi utilisé 17 verres en plastique, du gros sel, une bouilloire d'eau chaude et une finition de 10mn au cuit-vapeur par série de couleurs (les verts, les jaunes etc...ensemble).

Il me semble que cet ensemble de couleurs ira très bien pour un projet de broderie, inspiré du livre de Jan Messent, le plus beau livre de broderie que je connaisse.








Surprise venue d'un fil



Hier, c'était un temps de plein été, et avant le bain de mer et le golf, j'ai voulu faire une teinture avec les peaux d'oignons rouges stockées dans un bocal à la cuisine.


J'ai fait des écheveaux avec ces deux bobines.
La teinture, sans surprise, a donné une belle couleur jaune/vert moutarde difficilement définissable, très vive et intense que la photo rend vraiment très mal. En fait c'est bien plus vert que jaune...






Sur la gauche, le fil de la bobine de droite, 100% laine qui a fort bien résisté aux 3/4 d'heure de bouillon.
Le fil de la bobine de gauche, dont je ne connais pas la composition, m'a réservé une surprise ...Il est devenu super élastique. Quelle est donc cette matière qui s'est resserrée sur elle-même tout en étant capable de reprendre sa longueur initiale?

J'ai fait de nombreux écheveaux pour les plonger cet après-midi dans les teintures des hongrois. Je me demande ce que ça va donner...je vous tiens au courant.


jeudi 6 août 2015

Ma collection de chemises à rabats s'agrandit


Au nombre de 3 maintenant. La première est ici




Celle du centre est faite avec un papier décoré et offert par Miclep






mercredi 5 août 2015

Collages à chaud #1 et 2


Sur les encouragements de Momobert, je me suis lancée, avec l'aide de Miclep, dans un collage avec la technique de Laura Lein-Svencner, par laquelle tous les éléments sont collés en une seule fois (oui, c'est possible).
Comme vous pouvez le voir j'ai mis un numéro à mon titre. C'est donc que j'ai pris du plaisir à le faire et qu'il y en aura d'autres, peut-être plus au point...On apprend de nos erreurs et nos oublis.